Du sensible à l’intelligible. Pour une sémiotique de la perception

de | 16 février 2016

Du sensible à l’intelligible.
Pour une sémiotique de la perception

Audrey MOUTAT

acbcb99ff534ccd9e34218046c4d6f7c

Partant de l’hypothèse selon laquelle il existerait une communauté d’organisation entre perception et langage, cet ouvrage propose de réinterroger les deux niveaux de pertinence – sémiologique et sémantique – posés par la Sémantique structurale d’Algirdas Julien Greimas afin d’en dégager les points d’articulation. À partir des théories de l’iconicité de Jean-François Bordron et de la sémantique interprétative de François Rastier, l’auteure analyse le lexique de la dégustation œnologique et son actualisation au sein de commentaires parus dans la presse afin de montrer comment se construisent et s’interprètent les discours sensoriels sur les propriétés olfacto-gustatives du vin.
Interrogeant le lien entre perception et langage, l’ouvrage confronte des pensées philosophiques (Kant) et sémiotiques (Eco, Fontanille, Bordron) pour déterminer la structure dynamique et tensive de l’iconicité du monde sensible. La confrontation de ces structures iconiques aux molécules sémiques dégagées des commentaires œnologiques souligne la communauté d’organisation et les articulations entre schématisme et sémie.

Audrey Moutat est maître de conférences à l’Université de Limoges. Chercheure au Centre de Recherches Sémiotiques (CeReS), elle poursuit des travaux sur la sémiotique de la perception et notamment sur l’énonciation sensible et les reconfigurations discursives de la sémiose perceptive dans les discours sensibles (textes, photographie, peinture).