Cycle de tables rondes de l’AFS – La sémiotique demain : générations en rapport, rapport sur les générations

Présentation

Nous avons le plaisir de vous inviter à suivre et à participer en distanciel aux tables rondes organisées par l’AFS. Comme nous l’avons déjà annoncé, les tables rondes se dérouleront entre juin et octobre 2021 et seront consacrées à la thématique suivante :
« La sémiotique demain : générations en rapport, rapport sur les générations. Dialogues sémiotiques autour de la notion de “génération” ».

De toute façon, devant ce qui vient, toutes les générations ne sont-elles pas, comme toutes les civilisations, égales dans l’ignorance ?
Bruno Latour, Enquête sur les modes d’existences,
Paris, La Découverte, 2012, p. 287

Les générations futures sont-elles si vulnérables qu’il faille transmettre à tout prix tous les contenus qui nous entourent ?
Bruno Bachimont, « La présence de l’archive : réinventer et justifier », Intellectica, 2010/1, p. 5

L’autorité des savoirs régresse avec celle des générations et réciproquement
Bernard Stiegler, État de choc. Bêtise et savoir au XXIe siècle,
Éditions Mille et une nuits, 2012, p. 46

Le concept de génération
Il est suffisant de lire les exergues que nous avons choisis pour comprendre immédiatement les enjeux et les paradoxes qui s’ouvrent devant chaque génération de chercheurs, en particulier aujourd’hui où les incertitudes sur le futur se heurtent contre la masse apparemment intraitable d’informations que l’on a déjà stockées. La condition égale de toutes les générations devant l’ignorance du futur, l’économie de l’oubli programmé en vue d’une socialisation du mémorable, l’asymétrie temporelle entre les générations qui responsabilisent les aînés, la production d’indétermination et d’instabilité écologique dont les dernières générations sont les héritiers, cette série des réflexions sommaires montre déjà un chevauchement de pertinences dans l’évocation d’une question intergénérationnelle qui hante les mandats, les politiques et les sanctions sociales. Au cœur du tissage de la transmission d’une culture, les relations intergénérationnelles affichent les solutions localement trouvées pour gérer la dialectique entre continuité et discontinuité. Mais le malaise face aux connaissances de tous (encyclopédie), que personne ne peut « posséder » individuellement (Hans Blumenberg, 1986), ne peut que se propager ultérieurement à travers l’insuffisance de l’extension générationnelle, elle aussi incapable de gérer le non-savoir sans avoir recours à la sagesse perdue des prédécesseurs et au potentiel encore inexprimé des successeurs.

Le concept de génération possède à la fois une vocation critique et un potentiel heuristique : d’une part, il s’affirme comme mot d’ordre pour distribuer des responsabilités, envisager des politiques asymétriques mais compensatoires, établir différents plans de légitimité de jugement ; d’autre part, ce concept vise à repérer les indices d’un tournant dans les formes de transmission d’une culture, en soulignant une manière différente d’assurer la dialectique entre tradition et innovation.

Lire la suite du texte de présentation de ce cycle de tables rondes

Organisation

Les rencontres, structurées sous forme de table ronde, seront des débats activés par une série de questions répétées d’une séance à l’autre (visée comparatiste) et par des thématiques aptes à faire ressortir des divergences dans la conception du terme génération et des problématisations diagnostiques des relations entre les générations. En ce sens, les différents titres des séances seront une première mise en perspective: diversifications, relais, ouvertures, présent du futur. Chaque séance pourrait solliciter une génération spécifique de sémioticiens, à l’exception de la dernière qui a la vocation de thématiser le rôle d’une génération de chercheurs là où un clivage entre différentes écoles ou traditions s’est constitué en empêchant un dialogue que l’on estime, au contraire, comme potentiellement bénéfique pour l’avenir de la discipline.

Informations pratiques

Pour participer à ces rencontres en distanciel, vous pouvez suivre le lien suivant : https://sciencespo.zoom.us/j/91919856177

Chaque table ronde sera structurée en trois séquences :
– la première donnera la parole aux intervenants pour une première intervention de 5-10 minutes max. sur le sujet général de la table ronde ou sur la thématique fédératrice des rencontres ;
– la deuxième séquence sera confiée aux coordinateurs qui formuleront une série de questions adressées à la totalité des intervenants ;
– la troisième sera ouverte au public et donc à des questions posées par les participants.

Programme

Première rencontre : Diversification / Les écoles de pensée – 10 juin, 17h

Télécharger l’enregistrement audio :
http://afsemio.fr/AFS_Cycle_tables_rondes_100621.mp4.zip

Deuxième rencontre : Relais / Transmission et traduction – 8 juillet, 18h

Troisième rencontre : Ouvertures/ Autorité, crédit et interdisciplinarité – 9 septembre, 17h

Quatrième rencontre : Présent du futur / Recherche et promotion de l’innovation – 23 septembre, 17h

Cinquième rencontre : Généalogies sans paternité commune / Les anneaux générationnels manquants – 7 octobre, 17h