Greimas aujourd’hui : l’avenir de la structure

de | 5 avril 2016

30 mai – 2 juin 2017

Paris, UNESCO

GREIMAS AUJOURD’HUI : L’AVENIR DE LA STRUCTURE

SEMIOTIQUE, LANGAGES ET SOCIETE

Congrès international autour du centenaire de la naissance d’A. J. Greimas (1917-1992)

1er APPEL A COMMUNICATION

Le congrès de l’Association Française de Sémiotique se tiendra du 30 mai au 2 juin 2017 dans les locaux et sous le patronage de l’UNESCO à Paris. Classé parmi les anniversaires de cette grande institution pour l’année 2017, il célébrera le centenaire de la naissance d’Algirdas Julien Greimas.

Le projet scientifique de ce congrès s’inscrit naturellement dans la perspective des travaux du fondateur de la sémiotique structurale, souvent appelée de ce fait « greimassienne ». Par delà l’hommage à une oeuvre hautement représentative du structuralisme et dont l’influence reste considérable, il s’agira d’en interroger les fondements, de situer ses propositions dans le contexte plus général des sciences du langage et de la signification, d’examiner la manière dont elle s’est prolongée et continue à inspirer aujourd’hui des recherches et des créations. On se proposera notamment, du côté épistémologique, de questionner la pertinence de ce que fut le « structuralisme », d’évaluer ses transformations et son devenir, et d’envisager la « prise » de la sémiotique sur le monde et ses discours, ceux des disciplines qui les appréhendent en sciences humaines, ceux des réalités sociales qui les façonnent et les mettent, dramatiquement ou non, en perspective.

Le congrès s’organise en quatre grands thèmes portant chacun sur une des problématiques caractéristiques de l’oeuvre de Greimas et de ses développements actuels. Chacun de ces thèmes associe à l’investigation théorique l’étude d’objets et de domaines d’analyse qui, en retour, suscitent la recherche de modèles : pratiques du quotidien, arts, littérature, médias, discours politique, architecture et urbanisme, sciences du vivant, mathématiques.

  1. UN PROJET SCIENTIFIQUE INSCRIT DANS LA DUREE : HERITAGE, POSTERITE ET TRANSFORMATIONS

Greimas a défini et porté un projet scientifique visionnaire, qui a permis à la sémiotique de se projeter, de s’adapter et de s’enrichir en interagissant et en évoluant avec les paradigmes scientifiques de la deuxième moitié du XXe siècle et du début du XXIe. Un premier ensemble de propositions de communication portera sur cette postérité, à évaluer et à discuter, notamment au regard des transformations qui ont permis la transmission et l’actualisation du projet intellectuel de la sémiotique structurale des années 1960-70 : les nouveaux paradigmes sémiotiques, l’émergence des problématiques, l’évaluation des avancées.

  1. UN DOMAINE DE RECHERCHE EN EXTENSION : A LA DECOUVERTE DES DISCIPLINES ET DE LEURS SEMIOLOGIES

Dès l’origine du structuralisme, l’un des objectifs collectifs des sciences humaines et sociales était de mettre en évidence la transversalité des questions de signification. Cette visée reste d’actualité, même si un vent contraire a poussé nombre de disciplines à se resserrer sur leur domaine traditionnel. Le projet demeure, cependant, de saisir dans chacune d’elles la forme d’une sémiologie qui lui est propre. La sémiotique greimassienne maintient cet objectif, en s’efforçant d’étendre ses investigations à l’étude de ces sémiologies spécifiques, et en cherchant à travers elles la construction d’une transversalité. Un deuxième ensemble de propositions de communication portera donc sur la relation transdisciplinaire à partir de ces sémiologies et en dialogue avec elles.

  1. DES MODELES MIS A L’EPREUVE AUJOURD’HUI : VALIDATIONS ET REFUTATIONS

La sémiotique d’inspiration greimassienne a proposé et expérimenté au cours des cinquante dernières années un nombre important de modèles théoriques, principalement par déduction et construction (sémiotique tensive, sémiotique des instances énonçantes, des interactions, de l’iconicité, etc.). Les progrès réalisés depuis dans les différentes sciences humaines et sociales, ainsi que dans les neurosciences et les sciences cognitives, permettent d’envisager aujourd’hui des procédures de validation et de falsification de ces modèles au-delà des seules applications descriptives. Un troisième ensemble de contributions aura pour objectif d’interroger la validation des nouvelles propositions théoriques.

  1. LES DEFIS SOCIETAUX DE LA SEMIOTIQUE : INTERVENIR SUR LE MONDE CONTEMPORAIN

Si la sémiotique relève pour une part des sciences de l’esprit et de la culture, son extension actuelle couvre l’ensemble des faits sociaux et au-delà. Le projet du structuralisme visait à rapprocher les sciences humaines et sociales des sciences de la nature. Par ailleurs, les productions concrètes des sémioticiens, depuis une cinquantaine d’années, s’ouvrent et empruntent à la philosophie, aux mathématiques, à l’éthologie et à l’écriture littéraire. D’où cette interrogation majeure sur le statut présent et à venir du projet scientifique que Greimas a initié. La plupart des grandes questions de notre temps impliquent de fait la contribution des sciences humaines et sociales : l’environnement, le développement durable, les droits de l’homme et des populations, les discriminations, la santé, l’accès à l’énergie, à l’information, à l’éducation, etc. La sémiotique jouera pleinement son rôle si elle interroge, avec les autres sciences humaines et sociales, les discours de ces domaines, les processus de décision, la gouvernance des systèmes, ainsi que les conséquences sociales et anthropologiques des transformations en cours et à venir. Ce sera l’objet d’un quatrième groupe de propositions de communication.

***

L’objectif général du congrès est d’interroger la descendance théorique du structuralisme (français et international), de faire reconnaître à l’oeuvre de Greimas le rayonnement qui lui revient, et surtout de susciter de nouvelles pistes de recherche à partir d’une réflexion critique sur les acquis.

En s’inscrivant clairement dans l’une des quatre thématiques définies ci-dessus, les propositions de communication pourront se fonder sur des concepts, des objets ou des pratiques, sur des confrontations théoriques et des échanges transdisciplinaires, ou sur des études concrètes issues des différents domaines de spécialité des sémioticiens.

Les langues de travail du congrès sont le français et l’anglais. En cas de communication dans une autre langue, prévoir une projection en français.

Ces propositions de communication (comprenant le nom et le rattachement institutionnel de chaque auteur, le titre, un résumé et une courte bibliographie – le tout ne dépassant pas 3000 signes espaces compris) doivent être déposées sur le site internet du congrès (www.afs2017.fr) via l’onglet Soumissions entre le 31 mars et le 31 août 2016.

Télécharger le fichier : AFS2017 Appel.pdf