Biglari, Amir (dir.). La sémiotique en interface (2018)

La sémiotique en interface.

 

La sémiotique est susceptible de traverser l’ensemble des champs de la connaissance puisqu’elle a choisi comme objet d’étude une entité que ceux-ci partagent, à savoir la signification, quelle que soit la forme de sa manifestation. Elle est donc naturellement amenée à être confrontée aux autres domaines de recherche.
Réunissant les textes des chercheurs les plus éminents issus de la scène internationale, cet ouvrage vise à étudier, de façon systématique, l’interface entre sémiotique et différentes disciplines académiques, aussi bien celles qui relèvent des sciences humaines et sociales que celles qui s’inscrivent au sein des sciences exactes et naturelles. Il s’agit surtout de mettre en avant les interactions et les contributions mutuelles, en analysant les enjeux théoriques, méthodologiques et épistémologiques impliqués.
Ce livre dévoile également le rôle singulier que peut jouer la sémiotique dans les projets interdisciplinaires : étant aujourd’hui dotée de corps théoriques élaborés, composés de modèles et de schémas généraux, la sémiotique est en mesure, d’une part, de dégager des problématiques communes à plusieurs disciplines traitant d’un même type de phénomène tout en respectant l’apport spécifique de chacune d’elles et, d’autre part, de proposer une méta-méthodologie permettant le transfert entre ces disciplines.
Destiné à la fois aux sémioticiens et aux spécialistes d’autres domaines de recherche, ce volume esquisse ainsi des pistes inédites de coopération et laisse entrevoir un redéploiement des champs disciplinaires.

Amir Biglari est chercheur associé à l’Équipe d’accueil « Sens, Texte, Informatique, Histoire » de l’Université Paris-Sorbonne. Il a dirigé, entre autres, Entretiens sémiotiques (Lambert-Lucas, 2014) et Valeurs. Aux fondements de la sémiotique (L’Harmattan, 2015).